L'heure des crimes

Publié le par Rémy

Nous sommes à mi nuit comme au milieu de la rivière, sur le passage piéton d’une route qui n’existe pas. Je passe par le milieu de la nuit comme je traverse une meute de loup, je passe parmi les animaux sauvages, les crocs et les pelages dans le parcourt ancien d’un rite oublié. C’est l’horloge des infractions qui sonne minuit l’heure du crime et je suis au milieu comme l’on est du milieu comme l’on demande à un homme de quel bord politique il est alors qu’il est toujours du milieu et si rarement du centre où seuls les compas se plantent quand les hommes eux se trompent. Il n’est plus minuit, la nuit passe comme une fusée dans les étoiles et je suis au début de quelque chose qui n’est pas la nuit, le début d’une réflexion, d’une prose, d’un texte ou d’une remarque ; le début de la nuit, le milieu de la nuit, le début du sommeil et le rivage du rêve. J’échevèle des tapisseries oniriques qui ressemblent à celles des châteaux forts qui peuplent l’imaginaire de l’occidental collectif, chevaliers et belles reines, des princes, des princesses et du sang qui coule à flot bleu dans la terre battue des tournois.

Dans la brume de midi

Dans la brume de midi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article