Fermer les vannes de la prose poétique

Publié le par Rémy

Brusquement j'ai fermé les vannes de ma poésie. D'un geste sec presque inconsidéré j'ai asséché ma prose qui s'est vidée en une seule nuit et quatre murs de mes élans poétiques. Mes pages sont devenues comme des champs africains quand la pompe imposée par l'action humanitaire cesse de couler. Je suis devenu l'auteur solitaire qui traîne sa plume usée dans l'espace aride que déroule mes promesses d'écritures. Si les chats échaudés craignent l'eau froide je ne redoute pas l'enfer des pas brûlants dans le désert mais je redoute la sécheresse prolongée. Si j'ai clos la vanne de ma passion poétique c'était pour enfermer dans une cage l'hypothèse d'un doute, le risque d'un inconnu confiné par le silence qu'aucun marteau de prose n'ébranle.

 

Dans les canaux vides, les canalisations sèches résonnent les pas rugueux d'un mystère qui marche cent fois dans le réduit de mes souvenirs, un minotaure qui rumine sa ruine dans le tréfonds de mes dédales. Un jour je sais que je rouvrirai les vannes dantesques de mes envolées lyriques et les canules de ma plume de jais palpiteront des battements désaccordées du jeu cacophonique de mes pulsations. Mais dans le soir de ce mardi rien n'est dit, il n'y a pas de suspens seulement l'écho de mes souvenirs.

monowheel 1933 Walter Nilsson Inside The Wheel.

monowheel 1933 Walter Nilsson Inside The Wheel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article