Hier c'était aujourd'hui

Publié le par Rémy

Dandy des corps et le décolleté dans le dos d’Anne Hathaway tombe sur le tapis comme le rouge aux joues désastreuses de celui qui regarde et qui est surpris par une telle cascade dorsale. C’est une épine dans le pied du sportif, le basketteur qui s’envole, c’est un noir qui s’envole et un blanc qui s’enterre sous le panier de corde tandis qu’Anne Hathaway sourie ingénue de sa poitrine ronde comme la balle orange et le dos rond de la terre qui tourne sur elle-même pas pressée à la différence de l’orange. Du coin de regard une brigade de jouet vertement armée est embusquée dans la neige, c’est une trompe spatiale qui faisait la guerre dans les étoiles avant de la faire dans ton jardin. C’est la gouaille d’une amazone guerrière au glaive d’acier et le cheveu rouge comme le sang qu’elle répand sans repentance pour ses ennemies et un dieu qui regarde cela, grand architecte du monde, c’est-à-dire son dessinateur, un petit acteur de l’univers le cul bien posé dans une chaise anatomique taillée dans le squelette d’un homme. Si c’est l’homme qui est le loup pour l’homme alors le loup s’arme d’un gigantesque fusil, un canon immense et il se lève sur ses pattes, colle son œil au viseur et le loup se fait l’homme pour l’homme le sniper sans peur à qui l’on reproche ses victimes quand elles tombent hors de la guerre.

Hier c'était aujourd'hui
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article