Au jour du jour

Publié le par Rémy

Que sais-tu du décor et de la falsification des corps lorsque l’homme et la femme s’adonnent à la mise en scène des costumes, c’est du fait main, la mort dans l’âme, du sûr mesure sans mesurer la distance du modèle à la copie. Quand un ange c’est assis sur une chaise il a déposé ses ailes comme un trophée fameux qui tombe du fronton de la cheminée et aujourd’hui la chaise est un trône qui est adoubé par une armée de femme en pompons qui chantent des louages lorsque ce ne sont pas des hourras. Des animaux anthropomorphes singent les guerres savantes de nos futurs dystopiques parce que nous avons tués nos dieux et bafoués nos Darwin. Une furie, un démon, l’acabit des pirates c’est la litanie des suivants alors que rendez vous est donnée à la muse, l’égérie, celle qui tarde à venir, celle qui vient des étoiles pour toucher au divin de nos sens humains même si en coulisse sous les os de la terre dans des tunnels comme des artères des nains vitupères le canon à la main et la bave aux lèvres. Quelques voitures volantes dans le ciel du futur pour cacher ce soleil qui ne cesse de briller même s’il grossit sous les lentilles oblongues de la pollution.

Au jour du jour

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article