Pas les mots

Publié le par Rémy

Parfois lorsque je regarde sans but précis des illustrations et des photographies sur Pinterest au travers de thèmes qui s’auto alimentent je me demande combien il y a de couche d’imaginaire qui se superposent à notre imaginaire personnel. Pour un thème, un objet, un sujet, un concept donné il y a combien de lecture, de relecture, d’interprétation et d’adaptation plausible, possible et déjà réalisées. Artiste, auteur et créateur c’est le même éternel débat vain, une logique absurde qui court et parcourt les pinceaux et l’art, le ruban et l’écran du clavier à la partition c’est la même tempête qui mélange et brasse les mêmes éléments comme l’universel big bang qui a mis en branle-bas le tableau des éléments – dard et venin et le vernis griffé les animaux déchaînés qui mastiquent l’homme. C’est impossible. L’impossible. L’impassible. La roue démente est à cran sur mes dents, mes os et mes entrailles ; il n’y a pas de Basquiat dans les caniveaux véreux où dorment les muses. Combien de fois échouer, combien de fois le nombril, combien de fois le néant, combien de fois la pomme croquée et combien de fois Eve et Adam dorment dans la rue ? Pas d’art, juste des mots. Pas à la hauteur, pas à fenêtre, pas de haut de l’échelle, pas les étoiles non plus. Juste des mots.

Pas les mots

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article