Poser ici sa poésie

Publié le par Monsieur Ray

Le poète est une posture, poème dans la paume - j’aime - libéré d’un poids, la poitrine puis le souffle doux d’un baiser, haine, des baisers à l’aine ou à la hanche, tenir sa femme par sa anse de porcelaine pour trois petits tours de valse, de la danse de parquet sous les fleurs d’avocats et de mangues qui tanguent dans le vase en or blanc qui trône sur l’autel. L’imposture à la ligne est un pouvoir de poète, de dieu et de prêtre et sûrement de quelques philosophe prêts à tout pour renverser les fantômes d’un revers de main, d’un trait de plume ils barrent et naviguent sur les eaux troublées qui tempêtent dans leurs verres où l’eau merde à échouer les bouteilles sur des rivages vissés à des continents perdus, des terres sans continuum dans le temps déroulé et les insectes audacieux qui dévorent les tapis perçants et percent la tapisserie d’un avenir brodé au fil de l’encre délavé qui s’use sous les peaux rugueuses creusées de rides, des savanes savantes où les lions et les lionnes traquent les créatures mythiques pour les dévorer comme les hommes dévoués se donnent en dévotions à des idoles idiots qui vacillent dans le feu des cavernes et dans le fond des bouteilles de vin plus facilement vides que vaisseaux volants vers d’infinis au-delà du regard

La poésie absurde est une posture de prosodie

La poésie absurde est une posture de prosodie

Publié dans Prose, poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article