Fragment rose futur

Publié le par Monsieur Ray

La richesse n'avait pas épargné Emma, gamine de riche c’était son fardeau, la croix invisible qui lui écrasait la poitrine et s’enfonçait lentement dans son cœur. Derrière la baie-vitrée de sa chambre Emma contemplait toutes les nuits la ville dont le cœur grouillant pulsait sans elle. Les parois de verre autonettoyant résistaient à toutes ses injonctions, ses poings frappaient la vitre qui résonnait mollement à ses agressions. La pluie parfois battante balayait la surface de sa crasse aqueuse et acide mais quelques secondes plus tard tout avait disparue. Les tours géantes plantaient dans la chair de la ville avait devoir de brillance exhaustive. Dans sa tour, enfermée dans sa chambre par double encodage numérique Emma à moitié nue, dévoilant son corps vierge d’impuretés biomécaniques se devait d’être belle, exhaustivement belle parce qu’elle était le modèle de ceux d’en bas, comme une gerbille dans sa cage, l’amusement des enfants.

Fragment rose futur

Le futur a tué les arcs-en-ciel, c’est ce que ma grand-mère n’arrêtait pas de me répéter lorsque nous marchions tous les deux dans les rues de la basse ville. Le plus dégluasse des roses synthétiques ondulait depuis les néons, les enseignes et les écrans nombreux qui pullulaient aux frontons des façades et nimbait l’atmosphère d’une aura doucereuse qui peinait à masquer la rudesse de la vie, le métal rouillé et le béton maculé par les pires immondices de la nature humaine. Je ne comprenais pas ce que grand-mère voulait dire, je n’étais qu’une enfant et j’aimais ce rose artificiel qui arrosait mon ciel depuis les tours étincelantes où vivaient ceux que je voulais devenir, les audacieuses adolescentes qui avaient les cheveux rose comme mon ciel.

Fragment rose futur

Publié dans Fragment, Futur, ébauche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article