Il regarde les petites histoires du monde des filles dans sa petite fenêtre

Publié le par Monsieur Ray

Il a dans ses story des filles russes qui parlent en russe. C’est logique et c’est charmant cet accent rugueux dans ces bouches trop maquillées de femme qui se savent trop belles. Il a dans ses story des filles qui parlent en russe et il ne comprend rien à ce que leurs bouches veulent dire derrière les apparats du maquillage pourtant il trouve que ce charabia de l’Est est la plus belle des choses qu’il puisse entendre.

 

Elles s’inventent des luxes qui n'existent pas, des luxes qu’elles mettent en scène et en photographie au fil des perles qui font leur existence alors qu’en vérité le seul véritable luxe c'est de regarder le ciel dans les yeux pour discerner la couleur des étoiles

 

Il ne comprend plus rien à leur contenu, abscons et posé mais ce qu’il aime parce que ça sent l’underground moderne voir post moderne et il leur dit merci pour cela.

 

S'habiller ou se déshabiller, le mouvement est interlope au sens de non décryptable par l’œil parce que figé dans un temps incertain sans mouvement. Il ne sait pas ce que capture cette photo mais il sais qu'elle capture ce mouvement merveilleux d'une femme entre deux instants, entre deux facettes, entre deux masques celui sociable de l'habiller et celui charnel du nu.

Il regarde les petites histoires du monde des filles dans sa petite fenêtre

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article