Fragments d'après le chaos

Publié le par Monsieur Ray

[…] Une femme vivante et morte à qui l’on a coupé les bras. On a relié son visage à un masque respiratoire dont les trompes s’enfoncent dans ses voies organiques. A travers le masque on peut voir son œil clair dont l’émotion triste est limpide. Limpide tout comme la peau de son ventre qui a été remplacée par un tissu de synthèse aux qualités translucides. C’est grâce à cela que l’on peut voir grandir l’enfant qui grandi dans son ventre lui aussi connecté par des tubes, des câbles et des fibres énigmatiques. […] Il y a sûrement une époque où la créature avait été humaine. En la regardant traverser la rue comme une énorme araignée on arrivait à percevoir dans sa forme terrifiante les reliquats d’une humanité déchue. Les déchus c’était d’ailleurs leur nom, leur fardeau, leur destin. Pour les autres ils étaient les déchets, les signes décadents d’une époque d’horreur. En signe de dévotion aux dieux impies du chaos les déchus se scarifiaient la tête et essayaient s’arracher la peau du visage. Ensuite ils entouraient leurs têtes à vif dans un linge blanc et ils attendaient que les mutations les emportent. […] Qui pouvait croire au dévoreur des corps ? Un cadavre gigantesque marchant comme un animal mais pouvant enjamber les villes, les murailles, les champs de batailles pour dévorer les corps morts et quelques vivants. Personne ne pouvait y croire bien sûr. Personne ne devait y croire sous peine de folle, d’essence et d’un brasier mental. […] Un champignon avait poussé sur le corps décomposé. Petit à petit les spores du champignon avaient colonisé tout le squelette remplaçant minutieusement les chairs et les nerfs. Et aujourd’hui le squelette se déplace, il marche, court, se cache et rôde. Lorsque vous le voyez approcher forcément au début vous sursautez en redoutant une attaque de squelette. Mais calmez vos sens et aiguisez votre regard. Détachez-le du crâne et voyez ce champignon immense dont le chapeau surplombe le squelette tout entier et réalisez que c’est un végétal qui vient vers vous. […]

Des fragments de quelques mots sur le monde qui survient après le chaos, après la fin, après l'apocalypse. Il y a eu le silence, un long et lent silence et enfin petit à petit les choses se sont réveillés pour se remettre à bouger même si plus rien n'était identique à ce que le monde était dans l’idée d’un avant

Des fragments de quelques mots sur le monde qui survient après le chaos, après la fin, après l'apocalypse. Il y a eu le silence, un long et lent silence et enfin petit à petit les choses se sont réveillés pour se remettre à bouger même si plus rien n'était identique à ce que le monde était dans l’idée d’un avant

Publié dans ébauche, SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article