Faire danser les squelettes et les mots autour d’un thanatopracteur

Publié le par Monsieur Ray

Le dedans et le dehors. Et sur la frontière, se tenant droit comme l’ombre d’un Charon passeur de l’intérieur vers l’extérieur, se tient le corps ; organe organique et charnel par profusion génétique, le charrieur impénitent de ses scories physiologiques. La sueur, l’excrément, les larmes, le sperme, la cyprine, le sang, la morve et tant d’autres vicaires visqueux fondamentaux transformés vers le bas. Parfois dans le chaos hasardeux de cette production décomplexée des humeurs suintantes, au détour d’un ventre, il y a un bébé qui frappe le monde de l’individu comme la météorite urologique qui ensemence les planètes lorsqu’elle s’écrase sur la glaise de leurs mondes.

Le corps, son dedans et son dehors ; corps du dedans, corps du dehors et entre les deux la silhouette humaine qui pour deux sous se fait passeur des transformations sans gloire dont il est l’unique producteur. Il n’y a pas de mérite, ni de honte, seulement la stricte nature humaine ; lorsqu’elle est émancipé de sa particule humaine il n’y que la nature pour se transmuter elle-même en or, en miel, en gemmes étincelantes ou en fulgurance de foudre qui se grave dans le sable.

Le corps, usine à merde, grand réseau industriel de la décomposition mais notre fier destrier, l’embarcation unique que l’on exhibe et que l’on habite et dont on ne pourra jamais prendre le large. Jamais un thanatopracteur n’a vu s’échapper de la carcasse décédée qu’il découpait entre ses doigts longilignes la moindre parcelle de fée.

Faire danser les squelettes et les mots autour d’un thanatopracteur

Faire danser les squelettes et les mots autour d’un thanatopracteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
tu l'as déjà écrit ce texte, non ?
Répondre
M
Pas à ma connaissance, j'ai peut-être déjà écrit sur le sujet, mais à priori c'est bien un morceau écrit hier :)