Lumières faciles et poésie en fragments

Publié le par Monsieur Ray

recomposer des mots toujours – parce que c’est le sens des choses qui coulent dans mes veines – et les artères huilées – et la cervelle aux moineaux – l’intestin des ogres – articulations mineures – skieur de sous-bois – et le cheveux de la soupe qui se reverse sur les visages anonymes – pamphlet carotte et tomate et des pommes issues de la terre – si le serpent prend la pomme – l’homme creuse la terre à la recherche de son enfer – la tarte bien damée reçoit les tranches bien coupées, et la compote l’ami – le rituel magique parce qu’il est ancestral – comme le décompte de l’horloge – la suisse de l’apocalypse – le décompte de la mort avec la fin du jeu après – le jeu au-delà n’est pas le jeu de l’au-delà – dans son blouson jaune vintage comme la face d’un smiley il frappe sa poitrine, ma mémoire et sa femme – la peau couleur lie de vin – les tâches sur la nappe et rorschach encore qui rôde – le galicien a laissé des souvenirs malicieux – sa fourrure est douce, sa femme est double, son antre dévoyée jusqu’à l’incarnation – s’incarner s’est mourir car incarner ces tuer les possible – les réducteurs de têtes avaient tout compris, ils ne leurs manquaient que le savoir – le pavé rectiligne tombe sur les dalle ; il n’y aura pas de rond dans la pierre, pas de rond de terre – mais le shaman concentré parcourt pourtant les volutes de fumée et leurs circonvolutions

et passe une voiture comme un lecteur sur ce blog

et passe une voiture comme un lecteur sur ce blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article