Le rêve au bout du couloir

Publié le par Monsieur Ray

Depuis le salon le regard quitte le canapé, il passe devant la télé dont il se désintéresse et il s’engage dans le couloir. Le couloir fait un angle droit et finir son chemin vers l’étagère et ses rangements ordonnés mais le regard emprunte un autre chemin, il trace une ligne tangente à l’angle que fait le couloir et il s’engouffre dans l’entrebâillement formé par la porte de la salle de bain qui est restée ouverte. À cette distance la salle de bain et son espace de porcelaine est réduite à l’espace d’un rectangle blanc dont la forme claire se découpe dans l’obscurité du couloir. Par intermittence irrégulière son corps passe dans l’axe du regard et sa silhouette toujours vêtue se découpe dans le cadre réduit de ce champ de vision en point de fuite. Elle porte son pantalon, son chemisier mais cela ne va pas durer car une femme se rend dans une salle de bain souvent pour se doucher. La vision est réduite à une fente très mince mais la présence charnelle de ce corps de femme séduit la lumière et à mesure qu’elle se déshabille et qu’elle anticipe le moment où elle sera nue sous le jet brûlant de la douche sa présence parcellaire provoque toujours une irruption fantasmatique. Au delà l’horizon de ce loin couloir c’est le pays des milles et une nuit qui se dresse sur la porcelaine des jours futurs. Mais ce couloir est sans fin et il n’y a qu’un regard pour parcourir l’infini sans se lasser des distances lumières.

Le rêve dort nu au bout du couloir

Le rêve dort nu au bout du couloir

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article