Et à la fin manque le point

Publié le par Monsieur Ray

monde des esprits contre le monde des espoirs – et les chaos et l’enfer – et les dimensions négatives – et la synthèse de la science – et l’outrage des nombres – la limite des tangentes – l’incisée raison de l’espace – des cosmos millénaire qui meurt à leurs naissance – et avant ? – et après ? – c’est insensé – nous vivons dans un entre-deux – dans la coursive derrière le rideau alors que la scène est éteinte et que la salle est vide – nous sommes un peuple du décompte ; un, deux, trois, plus puis trois, deux, un – zéro – les moutons comme les jours, le pouvoir du peuple et les paires yeux rivés sur les écrans – le temps – la taille – le prix – les sexes – les âges – les savoirs – la dérive des continents continuant sa course vers la fin des océans au rythme des morts qui n’en finissent pas de dépérir – même les îles coulent et sombrent vers les bas-fond marin alors que les îles ne flottent pas – que la Terre soit plate comme une orange – et verte comme un verre d’anis parce qu’on y ajoute de l’eau – pour le sel les larmes – la fraction – l’armée – le sang rouge – drapeau noir – la boussole comme le téton qui pointe – la fidélité du chien qui divague – je suis une mitraillette coinsée dans un appartement – un tank dans l’escalier – un mortier dans la douche – ce n’est pas que ça me gêne mais je pense au voisinage – alors que l’ivresse n’est pas la même

La poésie c'est pas rose mais le rose c'est beau

La poésie c'est pas rose mais le rose c'est beau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article