L'or de la rivière de stupre

Publié le par Monsieur Ray

C’est l’histoire de l’homme qui cherchait de l’or dans la pornographie. Comme un alchimiste moyenâgeux cet homme avait découvert la formule pour changer les nichons en or, les vagins en émeraude, le stupre en platine, la cyprine en rivière de diamant, il changeait les cons en tunnel serti de pierres précieuses, les anus en argent ouvragé aux multiples poinçons et le foutre en en or liquide qu’il faisait sécher en fines couches sur des surfaces planes pour en faire des feuilles d’or qu’il vendait ensuite à un prix intéressant à des artistes du coin. Celui lui était venu tardivement mais il s’était découvert un véritable don, de pouvoir voir les richesses et les dorures là où les autres ne voyaient que le vice et les vicissitudes dévoyées de l’immoralité. Mais transformer des starlettes sans le sous, des catins sans culottes et des idoles aux seins de silicones en gisement rutilant d’or, de rubis et autres gemmes miroitantes faisait de lui un notable notablement plus respecté et consulté que le prêtre, l’usurier et le curé du village. En effet, plus besoin d’attendre de mourir pour voir sauvée son âme dans l’espoir d’une vie meilleure lorsque l’on peut faire de son penche pour la pornographie la planche de salue de sa richesse. Tout le monde sait que la richesse achète le bonheur, lui il permettait aux autres de s’offrir l’opulence et le luxe en trouvant l’or dans le corps objectivé d’actes pornographiques. On venait à son échoppe comme à celle du notaire pour certifié la valeur or d’une paire de seins ou le contrepoint en saphir d’une vulve. On repartait de chez lui les poches pleins mais surtout le cœur riche d’un nouvel espoir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article