Il est l'alcool sous les avions

Publié le par Monsieur Ray

Elle n’avait pas eu de mal à le remarquer, elle le connaissait vraiment bien et même à des milliers de kilomètres de lui elle pouvait voir qu’il n’était que le fruit qui nage dans le rhum, le sucre dilué dans l’alcool. Ce n’était pas parce que ça présence et son absence étaient capables d’enivrer les esprits et faire disparaître la vérité sous le voile trouble de l’illusion alcoolisée mais plutôt une métaphore culinaire, exotique et maladroite où lui était la substance précieuse dans la bouteille de rhum qui fermentait sur le balcon sous l’effet du soleil septentrional. Elle pensait à lui comme une présence glissante, le goût présent dans une gorgée dont la substance source reste invisible en tant que présence unique. Univoque, uniforme, il ne portait pas d’uniforme même s’il prenait souvent l’avion et dans sa mémoire elle ne parvenait pas à le cerner dans une forme unique. Le ciel était traversé de nuage telle une ponctuation disparate, des virgules informes qui coulaient de façon désordonnée sur la page bleue de sa pensée alors qu’encore au dessus, dans les couloirs aériens transpercés d’espaces perdus, les carlingues étincelantes traçaient des lignes droites, rigoureuses et rectilignes où elle inscrivait mentalement le fil hiératique de ses pensées nostalgique avant de se resservir un verre de rhum arrangé.

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article