Chronique du blogueur qui ne voyait pas le président de la France

Publié le 2 Août 2017

Je pourrais parler du président, de ce mec qui se prétend monsieur le Président de la république de France alors que ce n’est qu’un homme comme lui et moi. Je pourrais en parler parce que ça fait longtemps que me réserve ce luxe ; enfin longtemps façon de parler parce qu’il n’y a pas longtemps qu’il s’est assis sur le fauteuil du pouvoir. Je savais qu’en votant nul au second tour de la présidentiel je m’offrais le droit de pouvoir parler du futur président avec dédain et mépris et ce luxe là je me le réserve pour plus tard. Je peux bien attendre quelques jours, semaines ou mois le président français restera ce qu’il est un homme banal comme lui et moi. Oui je me répète, lui et moi. Si j’insiste c’est que pour la première fois de ma vie l’homme élu à la tête du pays c’est un homme de mon âge. Enfin à peine plus pour quelques mois, mais ça reste un homme de ma génération et aujourd’hui plus que jamais auparavant je peux me projeter en lui et sa fonction. Et même si évidemment nous n’avons pas eu le même parcourt, scolaire, professionnel & culturel, je vois en cet homme rien de plus qu’un banal alter ego générationnel. Je sais qu’il a connu le monde au même rythme que moi, qu’il a vécu les mêmes événements historiques que moi ; si je n’ai pas son filtre perceptif et s’il n’a pas le mien, nous restons les frères d’une même génération et cela me trouble un peu. Cela surtout fait descendre l’homme de sa stature de président parce que je n’en vois en lui qu’un congénère, rien de plus qu’un congénère. Et s’il peut duper les autres générations, les précédentes et les nouvelles, il ne peut pas nous duper nous les briques de sa génération parce que nous savons tous que trop bien comment nous fonctionnons.

Il aurait pu être moi.

Et j’aurais pu être lui.

Faut-il alors croire qu’il est autre chose qu’un homme comme les autres ?

Je pourrais donc parler du président, sauf que ça ne m’intéresse pas aujourd’hui alors je me garde mon droit d’expression pour lui tard.

Demain je pourrais parler de la canicule …

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Je est un autre

Repost 0
Commenter cet article