Au prix d'un commentaire perdu

Publié le 7 Août 2017

Le temps d’un soir encore, un soir enfin, le temps d’une vie à laquelle j’aime emprunter des instants je regarde les championnats du monde d’athlétisme sur France Télévision. J’ai connu l’athlétisme avec la télévision et les commentaires théâtraux qui jalonnaient les épreuves. Bien sûr je parle d’une époque où Stéphane Diagana nous donnait des frissons sur la piste et où Christine Arron batailler contre les chronomètres mondiaux mais Patrick Montel était déjà là, Nelson Monfort aussi. Dans mon souvenir il était bon, mais j’étais un enfant et les souvenirs d’un enfant sont toujours embellis par le temps.

Aujourd’hui Patrick Montel sévit toujours sur le service public et Nelson Monfort aussi. Dans mon souvenir leur numéro de duettiste tragicomique apportait un folklore que je trouvais agréable ; je me souviens de l’emphase qui transmettait une émotion au spectateur néophyte que j’étais. Mais maintenant je n’entends plus que les approximations, les maladresses, les réflexions malaisantes et cette sensation désagréable que le commentateur tombe toujours à côté de la plaque et que l’essence même de ce qu’il se passe sous ses yeux lui échappe.

C’est triste.

Pourtant j’entends toujours dans la musique de Patrick Montel la musique de mon enfance. Mais lorsque j’écoute ses paroles mon innocence s’écroule et l’exaspération prend le relais. Mais ça ne m’empêche pas de regarder les championnats du monde d’athlétisme. Ni d’écouter Stéphane Diagana se débattre avec les informations, Patrick Montel commenter à contre temps et Christine Arron dormir paisiblement jusqu’aux instants où l’on entend ses paraphrases de manière subreptice.

Aujourd’hui je me demande si je pourrais tomber amoureux de l’athlétisme si je le découvrais seulement aujourd’hui en allumant ma télé. Et je doute. Je doute. Je doute. Et c’est triste oui, parce que ça me laisse imaginer que malgré cette diffusion de l’athlétisme en prime time il n’y aura peut-être pas de nouvelles générations de supporters qui tomberont amoureux par l’entremise d’un commentaire passionné.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Sport, #Réflexion

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article