Chronique d'un huit juillet

Publié le 8 Juillet 2017

 

Chronique à l’heure de mon huit juillet, et quand je parle d’être à l’heure c’est bien juste pour l’heure parce que je ne suis pas sûr que mon huit juillet ça la bonne date pour être à l’heure de l’anniversaire de mon père, peut-être aujourd’hui ou peut-être demain, faut-il que je me renseigne pour palier à cette absence ? Il me semble évidant que la chronique de mon juillet est vouée au retard si je dois organiser les jours d’hier et de demain avant d’être sûr de moi et de ce que je dis.

Mais que faire pour être sûr de cette date sans poser la question et prendre le risque de dévoiler son ignorance, mais une ignorance de 48 heures ça reste assez raisonnable à l’échelle d’une nuit, d’une journée et d’une semaine. Et puis je ne vais pas faire ma journée ce que je ne sais pas ; autant la faire sur ce que je sais dire, comme le fait de dire que j’ai regardé Okja le film de cinéma qui ne passe pas par le cinéma parce qu’il est passé par Netflix. J’ai regardé Okja et j’ai trouvé ce film vraiment excellent. En même temps avant d’être un film Netflix c’est avant tout un film coréen et je me suis souvent senti très à mon aise dans le cinéma coréen qui sent bon l’exotisme avec cette distance très juste, au sens d’exacte pour être suffisance afin de créer un regard.

Okja c’est bien, même si par mille fois le film pourrait être trop, mais pourtant ça fonctionne et moi ça m’a fait passer un bon  moment, à juste distance entre le divertissement et le questionnement sans oublier le plaisir de voir un film en feux semblant.

Demain nous seront le neuf juillet et je fêterai l’anniversaire de mon père lundi ce qui rend la chose aussi naturelle que confortable, les dates, la vieillesse et les jours piles c’est un truc d’enfant et si je suis toujours un fils je ne suis plus un enfant ; nous sommes un huit juillet ça sonne comme une date d’adulte non ? Je regarde des films coréen et je chronique un huit juillet, et je peux même prétendre que je tiens un blog, je suis un homme, c’est bien vrai.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0
Commenter cet article