Chiner sa bibliothèque - saison 02 - épisode 23 – De l’image sans mouvements mais avec bulles

Publié le 21 Juillet 2017

La plage de ma culture en bande dessinée c’est arrêté avec l’adolescence. Du coup elle est plutôt réduite à son plus strict minimum. Si dans l’enfance j’ai eu l’occasion de lire quelques classiques de la bande dessinée franco-belge je ne m’y suis pas vraiment attaché et lorsque je suis entré dans l’âge où j’allais forger ma propre culture et mes propres goûts je ne me suis pas tournée avec la BD. Je ne me suis pas non plus tourné vers le manga qui débarquait ou vers le comics book parce qu’il me manquait un passeur pour entrer dans cette culture. Du coup, clairement, aujourd’hui, je suis en BD comme je suis en ponctuation : je suis plein de lacunes. Et le paradoxe c’est qu’en reprenant les vide-greniers, n’ayant pas d’affinité particulière pour ce sujet je ne me suis pas penché dessus et j’ai sûrement laissé passer beaucoup d’occasion de palier à mes manquements.

Mais les choses finissent toujours par changer et depuis quelques temps je chine quelques items BD et c’est de cela dont je vais vous parler ici.

Je commence par deux livres édités chez J’ai Lu BD, une collection de bandes dessinées éditées au format livre de poche. Le premier titre c’est un Batman, l’œil du serpent avec Kevin Nowlan au dessin et Mike W. Barr au scénario. C’est une aventure publiée la première fois en 1986 dont je ne peux rien dire parce que je ne l’ai pas encore lu. Mais je trouve la couverture plutôt belle pour ne parler que d’esthétique. Le seul petit défaut de ce livre c’est que quelques pages se sont détachées de la reliure, toutes les pages sont là, et seulement deux ou trois pages volent, mais ça ne gêne pas la lecture. J’ai chiné ce livre pour 50 centimes.

Ensuite le second titre dans édité chez J’ai Lu BD c’est Ranxerox à New York chiné pour 10 centimes. J’ai vu ça parterre au milieu de livre sur les chevaux, j’attrape l’ouvrage, je feuillette et je sens que c’est du bon gros cyberpunk qui tâche, avec de la violence, de l’alcool et du sexe. Du coup je le prends sans en savoir plus. Et je ne regrette pas. Dessinée par l’italien Tanino Liberatore et scénarisé par Stefano Tamburini, je tiens là le premier tome d’une série de trois que je trouve bien sympathique ; en plus cette édition-là de 1986 est juste en parfait état. C’est une super trouvaille pour moi.

Je continu avec un comics. J’ai dit que je n’avais pas lu de comics dans ma jeunesse mais c’est un peu faux parce qu’à une époque j’ai essayé de lire Spawn du coup je connais un peu le nom de Todd McFarlane.  Du coup lorsque j’ai vu que Todd McFarlane était crédité sur la couverture de Haunt, frères ennemis, je n’ai pas hésité à demander le prix. Pour 2 euros j’ai donc pris ce comics book en très bon était. Pas mal de chineurs sont comme moi je crois, trouver le premier numéro / épisode d’une série que l’on ne connait pas c’est toujours un plus. Je sens que mes lacunes en BD vont se corriger petit à petit.

Tout comme il était difficile de passer à côté de Spawn et de son auteur dans les années 90, il était difficile à une certaine époque de passer à côté du nom de Enki Bilal un auteur de bande dessinée qui avait la carte. Quand on était jeune il était de bon ton d’avoir lu Enki Bilal mais il faut crois qu’à cette époque je n’avais pas le bon ton. Mais forcément ce nom résonne dans mon non-conscient culturel comme une tête de gondole qu’il faudrait avoir lu. Du coup lorsque j’ai vu La femme piège pour 2 euros je n’ai pas hésité. Avec ses personnages à tête d’animaux antiques, son héroïne aux cheveux bleus, le visuel de cette BD est iconique. C’est le second tome de la « trilogie Nikopol », il ne me reste plus qu’à trouver le premier et le troisième tome.

Je suis vraiment très content de ces trouvailles et de faire entrer ces bandes dessinées dans ma bibliothèque chinée.

Et hop la dépense totale passe à 51 euros
Et hop la dépense totale passe à 51 euros

Et hop la dépense totale passe à 51 euros

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chinersabibliothèque, #brocante, #livre, #videgrenier, #vide grenier

Repost 0
Commenter cet article