Chiner sa bibliothèque - saison 02 - épisode 19 – Les métamorphoses

Publié le 4 Juillet 2017

En 2017 voilà officiellement deux mille ans que Ovide, le grand poète grecque, est mort. Et ça fait aussi environ deux mille ans que je n’ai toujours pas lu Ovide. Bien sûr sur ces deux milles années d’ignorance de la prose du poète, je peux bien me dédouaner de 1962 ans pour lesquels j’ai plutôt une bonne raison de ne pas avoir lu Ovide vu que je n’étais pas encore né. Pour les trente-huit années restantes je peux bien m’absoudre pour un bon tiers durant lequel la lecture d’Ovide n’entrait pas dans mes priorités mais il reste alors deux tiers du temps pour lesquels je suis coupable d’inculture.

Pourtant Ovide ça sonne bien, deux milles ans qu’il est mort, et autant de temps pour devenir un classique, un pilier de la littérature mais plus que cela un pilier de l’imaginaire collectif occidental. Mais je sens bien en entendant parler de son oeuvre que ses influences entrent parfaitement dans mon imaginaire au point qu'elles y sont à leur place. Et c’est pour cela que je regrette de n’avoir pas encore lu Les Métamorphoses d’Ovide ; j’ai vu des tableaux qui en étaient inspirés, j’ai écouté des professeurs, des écrivains, des universitaires, des passionnés en parler et je ne parle pas des œuvres connexes qui sont traversées par les thèmes et la puissance des métamorphoses sans nécessairement en revendiquer la filiation.

Mais tout cela est terminé, pour 50 centimes j’ai pu chiner Les Métamorphose d’Ovide une édition de 1966 chez Flammarion avec cette couverture que j’aime beaucoup dans cette collection. Il ne me reste plus qu’à lire Les Métamorphoses pour palier totalement à mon inculture de deux mille ans.  

Total des dépenses 36,5

Total des dépenses 36,5

Repost 0
Commenter cet article