Les nouvelles de l'Ouest Sauvage - la traque

Publié le 27 Juin 2017

 

L’usine venait d’exploser, une colonne de fumée âcre déchirait le ciel de Crimson Bay et le galop de nos chevaux nous arrachait de Crimson Bay où résonnait encore le chaos de l’explosion. Dans ce ciel rouge entaché de noir nous nous lancions à la poursuite des chiens du général Wainegrow. Les naseaux fumant de nos montures fendaient l’air. En contre bas du chemin que nous empruntions nous pouvions observer le convoi avec ses hors-la-loi escorter les lourds chariots rendus plus lents par le poids de son chargement dérobé à l’usine. Il nous fallait un plan et implorer des renforts si nous voulions défaire ces bandits sans âme. Alors avec mes compagnons Cullen Boahen, Ben Wayne et Declan Harp nous faisions le choix d’ renvoyer l’un d’entre nous en ville afin prévenir le Marshall pour qu’il convoque les autorités adéquats pour rallier des renforts à notre cause et affronter les hordes sanguinaires du général Wainegrow. C’est Declan Harp, fin connaisseur des routes, des sentiers et des raccourcis, qui quittait notre groupe pour filer comme le vent jusqu’aux rues de Crimson Bay. Sa connaissance des trajets et son audace pour mener des hommes dans la nature sauvage lui a permis de nous rejoindre rapidement. Lorsque son ombre discrète nous a rattrapée il était accompagné d’hommes, et d’une femme, tous volontaires pour sauver Crimson Bay de la menace odieuse qui planait sur elle. Parmi eux l’adjoint Shane Atterton qui sous ses airs de buveur de bourbon cache une gâchette hors pair, mais aussi le vieux prospecteur retraité de l’armée qui ne se déplace jamais sans sa fidèle dynamite ou encore l’audacieuse et séduisante jeune chanteuse Katherine Williams. Nous formions une équipée sauvage à la poursuite d’un convoi volé par des brutes sans honneur. Si nos théories étaient justes alors l’attelage se rendait à Fort Lincoln pour grossir les rangs de cette armée mercenaire. Il nous semblait plus judicieux d’intervenir avant qu’ils rejoignent leurs renforts, nous décidions donc de mener une embuscade. Porté par la fougue de notre courage, par le galop virevoltant de nos chevaux et guidé au travers des territoires indiens par l’instinct de Declan Harp nous faisions le choix d’une route plus risquée afin de prendre de l’avance sur le convoi et pouvoir mener une attaque surprise. Nous choisissions un canyon propice pour organiser notre embuscade. Et alors que nous posions la dynamite et que nos tireurs prenaient position sur la roche chauffée à blanc par le soleil Harp partait seul en éclaireur sur le territoire indien pour convaincre la tribu locale de se rallier à notre cause. Sur l’horizon la poussière levée par le convoi nous intimait l’urgence. La tension montait d’un cran dans le crâne silencieux de chacun d’entre nous …

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #ébauche, #jdr

Repost 0
Commenter cet article