Jean-Henri-Charles rentre du supermarché

Publié le 29 Juin 2017

Derrière les vitres baissées de sa voiture Jean-Henri-Charles rentrait du supermarché par une route nationale de campagne. Il ne roulait pas trop vite parce qu’il avait eu la présence d’esprit de prendre des sacs de congélations avec des packs de glaces. Ainsi, avec ses surgelés au frais et protégés du soleil dans son coffre, Jean-Henri-Charles pouvait prendre son temps et rêvasser au volant sur la route le ramenant chez lui. Cette route il la connaissait par coeur parce qu’il habitait dans son village depuis plus de vingts longues années. Avant il n’y avait pas de supermarchés dans le coin, c’est certain que ça avait changé le paysage, mais ça avait aussi changé son mode de vie et il s’en satisfaisait.

 

Soudain Jean-Henri-Charles remarquait une étrange silhouette devant lui. Au détour d’un virage il avait rattrapé un homme roulant sur un scooter. Le deux roues avançait à allure constante avec un bruit strident que Jean-Henri-Charles percevait très bien ayant les vitres baissées malgré la climatisation. Jean-Henri-Charles pensait à mettre ses surgelés aux frais pour éviter la rupture de la chaîne du froid, par contre il se moquait de gaspiller la climatisation dans sa voiture. Le scooter roulait donc en émettant un bruit strident pareil à un gros insecte. Mais avant d’identifier le bruit ridicule du véhicule c’était bien la silhouette du conducteur qui l’avait interpellée car le conducteur était très gros. Mais alors vraiment très gros. Jean-Henri-Charles n’était pas particulièrement svelte lui même, mais au regard du pilote de ce scooter c’était incomparable.

 

L’homme avait des cuisses énormes, des mollets gros et gras, un dos gargantuesque, des épaules comme de grosses boules de chaires au dessus desquelles son casque semblait minuscule. Littéralement le conducteur débordait de part et d’autre de sa machine et le bruit strident qu’elle émettait renforçait l’idée que la mécanique devait être poussée à son maximum pour faire avancer le scooter. Et comme s’il fallait rajouter du grotesque à la scène l’homme était en short, un short en tissu synthétique qui moulait ses énormes cuisses et en t-shirt, dans un t-shirt qui semblait imprégné de transpiration.

 

Au bénéfice d’une ligne droite Jean-Henri-Charles doublait l’homme et en se portant à sa hauteur il s’autorisait à le défigurer avec plus d’attention avant de raccéler et de laisser disparaître l’ubuesque silhouette dans son rétroviseur.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #contre écriture

Repost 0
Commenter cet article