Premier artice post macronnie

Publié le 8 Mai 2017

S’endormir comme l’être libre ; nous sommes entrés dans un monde libéral alors autant l’être, entièrement et radicalement. Et tant pis si je trompe la vérité en mêlant élan libertaire et prose libéral ; c’est une confusion volontaire et dans un certain sens c’est une volonté politique. Je ne vais pas laisser les seuls hommes politiques jouer et jongler avec le sens des mots et la valeur des symboles. Je suis un homme, je suis un citoyen et je suis un auteur politique. C’est tout, personne ne pourra venir me le contredire le contraire parce que je joue de l’oxymoron comme un homme mourant joue de la corde sensible. Séduisante liberté, je me suis endormi en être libre à l’heure où les poules doivent refarder la télévision et je me suis réveillé en homme fatigué comme lorsque l’hôtesse dans l’avion, employée des compagnies et elle aussi passagère de l’air, vient vous réveiller pour un plateau repas. Je me suis endormi libre et réveillé libre, affamé, décalé avec la gorge nouée où se forge les barreaux futurs de mon accablement sociétal. Elle ne m’aura pas comme je m’amusais à l’écouter dans les chansons Renaud, le bourgeois, le banquier, le politicien, et puis le repas froid dans le frigo ne pourront pourtant pas aliéner ma condition. Je vais vous dire bonne nuit et bon appétit.  

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Divagations diverses, #Chronique chaotidienne

Repost 0
Commenter cet article