L’homme, la sexualité et l’engagement politique

Publié le 17 Avril 2017

L’homme, la sexualité et l’engagement politique, aussi curieux que ça puisse paraître j’ai envie de mêler les trois le temps d’un article gentiment cynique et un peu sincèrement aussi. Et je dois commencer en confessant que j'ai toujours voulu pouvoir allier la baise au sens sexuel du terme et la baise métaphorique que l’on entend lorsque l’on dit je baise les gens. Alors pour le coup (d'un soir ? ) baiser Marion Maréchal-Le Pen me semblerait être une parfaite opportunité de réaliser ce fantasme politico sexuel. J’image que ça doit être jubilatoire de pouvoir la baiser sans classe ni talent ; et une fois que je me serai vidé les couilles en elle sans me soucier de l'avoir faite jouir en chantant la Marseillaise je m’imagine bien me lever, quitter la chambre en claquant la porte et partir en la laissant choir dans les draps poisseux de sueur et de fluide non électoraux. Pas question d’une baise d’amour ou d’une baise de conviction, juste un acte de sabotage érotique. Je suis sûr que je pourrais la fourrer plus facilement que l’on bourre une urne dans une élection étrangère.

Très réellement je voudrais un jour faire l’expérience d'une baise sociale, d'une baise de lutte de classe, d'une baise politique, d'une baise qui dise à l'autre t’es bonnes, nous baisons comme des amants fous mais tu peux déployer toute la baise que tu veux tu n'arriveras pas à me contaminer avec des idées politiques rétrogrades et dégoûtantes. Cette idée que même le corps succombant sous les assauts du plaisir l’esprit ne lâche pas prise idéologiquement me plais beaucoup. Et j'irais même plus loin dans le sens où baiser avec une personne qui défend des idéaux que je déteste ça m'exciterai au plus au point parce que dans le cœur de ma mécanique fantasmatique il y a la puissance de la transgression. Or baiser avec une élue du FN c'est pour moi un sommet de la transgression morale et idéologique.

Alors oui, je le dis et je le revendique, mademoiselle Marion Maréchal-Le Pen je désir vous baiser. J'ai envie de baiser avec vous. Par contre par soucis d'honnêteté vis-à-vis de vous, je tenais à vous avouer que vous n'êtes qu'en seconde position dans ma liste des transgressions idéologiques par le sexe mais je suis sûr que ça ne vous préoccupe pas.

Cette petite bretelle blanche de soutien-gorge et ça blondeur un peu pétasse, il y a dans cette élue du FN de quoi lever ma queue et la gonfler dans une belle érection à défaut d'obtenir ma voix

Cette petite bretelle blanche de soutien-gorge et ça blondeur un peu pétasse, il y a dans cette élue du FN de quoi lever ma queue et la gonfler dans une belle érection à défaut d'obtenir ma voix

En plus d'être d'extrême droite Marion Marechal Le Pen a cette tête de fille pas très maline qui ajoute à la transgression
En plus d'être d'extrême droite Marion Marechal Le Pen a cette tête de fille pas très maline qui ajoute à la transgression
En plus d'être d'extrême droite Marion Marechal Le Pen a cette tête de fille pas très maline qui ajoute à la transgression
En plus d'être d'extrême droite Marion Marechal Le Pen a cette tête de fille pas très maline qui ajoute à la transgression

En plus d'être d'extrême droite Marion Marechal Le Pen a cette tête de fille pas très maline qui ajoute à la transgression

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Je est un Blog, #Fantasmagorie, #Sexualité

Repost 0
Commenter cet article

Boby 17/04/2017 22:30

Alors, je comprends bien le fond (de l'article, pas le fond de Marion) mais fourrer M.M.-L.P juste pour la laisser dans des draps poisseux, honteuse et crade, ça s'appelle un viol.
Et en plus, un viol qui ne répond pas d'une pulsion mais un viol juste parce qu'on aime pas la personne ou ses idées, c'est encore plus immonde.
En fait, tu fantasmes sans même te l'avouer sur une nazie. C'est pas beau de fantasmer sur une nazie.

Monsieur Ray 18/04/2017 17:06

Hey Boby il va falloir que tu m'explique où est-ce que tu vois un viol dans le fait d'abandonner sa partenaire de baise après le climax de l'orgasme. Il y a de la vulgarité, de la goujaterie, de l’égoïsme et de la bêtise mais je crois qu’y voir une forme de viol est une accusation gratuite et infondée. En tout cas j’ai toujours présupposé que le viol s’incarnait quand on allait à l’encontre de la volonté de sa partenaire en amont ou pendant l’acte. Quitter une femme, après l’amour, après la baise, après le sexe, ou à n’importe quel autre moment ce n’est pas un viol, c’est juste se comporter comme un gros con.
Surtout que mon fantasme nazifiant se fonde sur l’idée à qu’à un moment le désir charnel réciproque et si fort qu’il attire des corps qui sont habités par des idéologies contraires, différentes voir totalement opposées. C’est l’idée de ce désir qui nous pousse à transgresser nos convictions qui m’excite et si ce n’était pas évidant, c’est implicite pour moi que ce désir qui à son paroxysme pousse deux individus à baiser hors classe sociale ou hors zone de conviction est un désir partagé. Autrement j’aurai pris ma plume pour faire l’apologie du viol comme vengeance sociale mais ce n’est pas le sujet, ni ma conviction.
Alors peut-être que tu vois du viol dans mon évocation parce que tu y projettes tes propres fantasmes, mais je suis désolé de te décevoir Boby, ce n’est pas le mien.
Quand à l’idée que je fantasme sur une nazie sans me l’avoue tu te trompes là aussi, c’est bien parce qu’elle a cette idéologie nauséabonde que M-M L.P est un bon sujet de fantasme. Fantasmer sur une militante d’un bord idéologique dont je serai proche n’aurai aucun effet de transgression. Enfin bon, nous n’avons plus qu’à nous infliger de regarder (encore ?) Le nom des gens pour expier nos malentendus