Avril deux

Publié le 2 Avril 2017

Dans combien d’avatars tu vas disparaître ? Oui c’est vrai ça, il y a combien d’itérations de toi qui errent  sur la toile et qui te servent de points de fuites pour difracter ta personnalité ? Je ne sais pas combien vous-êtes dans votre fausse danse, des dizaines de toi ? Des centaines de toi ? Ou seulement trois ou quatre toi ? Mais même si vous n’êtes que trois ou bien  quatre alors c’est déjà beaucoup trop.

Vous n’êtes pas des clones qui sont capables de démultiplier ton pouvoir ou ton  talent. Vous n’êtes que des ombres hantées qui allument des feux et creusent des fossés comme les barricades de la communes. Ils se lancent comme des mercenaires et se battent pour conquérir une clairière où tu viens à leur suite pour déposer ton camp.

Mais dès lors que tu installes ta présence incognito dans cette terre meuble et que tu plantes tes racines vagabondes dans ce sol neuf tu commences à le polluer. C’est un fait, tu prospères vite, tu grandi dans une forte jouissance et plus tu es haut et plus tu puisses dans le sol qu’une itération  à terrassé pour toi.

Et puis que tu as épuisé ce sol, tu te refuses à achever l’itération qui était venue en éclaireur, tu n’arrives pas à la tuer, tu essaies même de la sauver mais le temps fil, la terre est devenue pauvre et tu finis par repartir sur les terres investies par une énièmes itérations.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0
Commenter cet article