[6+4] Expression de la nuit

Publié le 24 Mars 2017

Le talent sur une carte postale [où 2 femmes urinent sur la plage sans se démailloter]

Quart de nuit dans le silence qui ne crépite pas [toujours le flingue posé sur le bureau et l’arrière plan de la pensée qui crache ses 8 pulsions par seconde]

Tout est sale [j’arrache et mange les peaux mortes du bout de mes doigts où je compte jusqu’à 6]

Je m’adosse à la chaise et le dossier craque [non en vérité il grince 3 fois sous le poids hédoniste de mon dos déroulé]

Je garde le regard accroché aux épingles de vies qui ne sont pas miennes [du rouge par 7 sur le bleu par 1]

Les lignes sont rythmées par le va et vient des écrans qui glissent [j’ai l’attention qui divaguent dans les voiles des 14 nymphes nimbées de buée]

Le sucre de la nuit en direct de Youtube [je ne me démonte pas et j’essaime l’ouvrage noctambule de 12 graines volantes]

Il n’y rien de mensonge dans la naissance écarlate de mon papier peint [la lampe vomi de la lumière blanche comme 2 lux]

Je mens parce que mes oeils ne peuvent jauger les lux [2 secondes pour dire s’il fait nuit jour]

Je crochète la jalousie avec mon clavier borgne [et je n’irai même pas dormir dans les 9 draps de mes nuits mortes]

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Prose

Repost 0
Commenter cet article