Sans visage ni culotte dans la forêt

Publié le 14 Février 2017

Elle avait le regard dans le flou. Non, à y regarder de plus près c’était tout son visage qui était flou, en effet un nuage indistinct effaçait ses traits laissant à la place de son faciès une zone pastelle aux teintes évanescentes encadrées par ses cheveux noirs de jais. Une telle personne pouvait faire peur quand elle déambulait seule dans le parc. Mais si je la suivais c’est que je savais que la poupée fantomatique habillée en étudiante asiatique ne portait rien sous sa jupe plissée. Je savais que souvent l’étrange femme laissait les passants voir sous la jupe la genèse charnelle de son anatomie car elle ne portait jamais de culotte. Le ciel était gris, la parc était vide, le risque était évident mais la promesse très grande.

L’ingénue n’a pas gémie lorsqu’elle m’a vu. Elle a simplement tourné sa tête sans visage vers moi, le nuage flou toujours encadré par ses cheveux noirs qui ont suivis le mouvement avec grâce. Elle a imperceptiblement plié ses jambes pour attraper le rebord de sa jupe bleue. Elle a légèrement rentré les genoux prenant une posture un instant ridicule. Mais la seconde suivante elle soulevait sa jupe et découvrait devant moi la nudité ravissante de son sexe. Sans y toucher je savais qu’il était doux, lumineux, la carnation de porcelaine renforcée par la fine toison brune qui dessinait un chemin soyeux vers le secret de son sexe.

J’oubliais alors qu’elle n’avait pas de visage.

J’oubliais le risque de se laisser séduire par les fantômes dans la forêt.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #érotisme

Repost 0
Commenter cet article