L'article non sens du dimache soir

Publié le 5 Février 2017

Pas de chronique dans le laboratoire minutieux de mon esprit. Espoir ? Non, la roulette ruse, rose artistique coincée entre la porte et le chambranle mais la porte est aveugle sans diable pour lui ouvrir l'œil. Un crooner noir dispense le silence de sa pesanteur quand un chinois volant se souvient d'avoir été une tête de pont entre lui et la grande muraille qui pourtant lui murmure encore l'envie d'être un dieu sans dette. Je ne suis pas venu en char, j'ai perdu les clefs du tank, marchez sans crainte je ne vais écraser personne. Rien n'est perdu - pardon. Je viens huiler le mammifère marin, une otarie ou un phoque et ne cherchez pas plus loin nous sommes au nœud dominical.

 

Le ventre diffanne s'impatiente et la nuit tombe à en couper les tomates en quatre comme les automates programmables qui marchent contre les hologrammes progressistes en brandissant des pancartes pessimistes parce que la vie est une voie pour eux qu'il ne faudrait pas nier. L'ère des nuits moribondes dans l'obscurité des isoloirs idéologiques va bientôt venir.

 

Profitons de la nuit d'avant.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Commenter cet article