Idiot climatique

Publié le 14 Janvier 2017

Il ne fait rien du samedi soir au rythme lent de sa connexion internet.

Il attend comme si la patience était sa mère, sauf que la patience ne lui fait pas de nouille, la patience ne fait pas le repassage, la patience n’est pas une pute, non la patience n’a rien à faire et lui non plus. Mais il se montre patient parce qu’il n’a pas le choix.

Heureusement qu’il aime ramer, un  peu, beaucoup, à la force des bras, ça muscle le corps, ça le fait suer et pendant ce temps son esprit s’affine. Encore Dix !

Encore deux séries de dix.

Et pendant qu’il affute son corps comme l’ombre d’un cyprès qui se découpe dans le soleil de l’été aux pieds des merdeuses qui se font cramer la couenne, sa femme fume. Elle fume, pas que sa bouche, tout son corps vaporeux s’efface doucement de la pièce comme lorsque le vent brasse les cumulus et qu’ils laissent le ciel vide.

Sa femme est un événement climatique, imprévisible à trois jours, alors à quoi s’attacher à elle ? Pourquoi essayer de retenir quoi que ce soit ? Il préfère suivre le flot de son rameur d’appartement, au moins avec lui il sait où sera son cul, et que la sueur sera bien dépensée en calorie superflues tandis que sa femme reste floue comme la buée qui opacifie la fenêtre de la cuisine lorsqu’il y vient prendre un verre d’eau.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Commenter cet article