2017 dans le dos des femmes

Publié le 1 Janvier 2017

Outrance, outrecuidance, les orbes de ta peau en enfilade désuètes sur le charnier des dentiers. Diantre, la dinde rugie d’entre les morts, et elle marche molle depuis le four en remontant votre œsophage et s’il lui avait fallu rentrer encore par votre anus elle n’aurait pas hésité à le faire, jusqu’à renaître deux fois en faisant tomber de votre bouche un œuf fraîchement pondu.

Les hérités nés des charniers n’attendent plus que vous. Ils prendront vos papiers en guirlandes de dentelles et le brasero chantera l’hymne merdique des lendemains qui déchantent des jours qui suivent les cuites. Vins cuits entre tes cuisses ombragées et le transformiste qui urine contre la porte cochère. Il y a comme le cri d’un violon qui comble son ennui dans les vapeurs d’hier.

Une armée s’est levée. Elle convoite l’aube annuelle qui s’étend depuis la commissure de jour. Et je ferais d’un plissement de sourcil allégeance à la cadence et aux plombs qui tétinent en pluie fine sous les mamelles d’un drone, anonyme et aveugle jusqu’à ce qu’il tourne au coin de la rue et claque ses talons comme les talons des dames qui je paie cent sous pour téter à leurs bouches écarlates les regards arthritiques des pendaisons nocturnes.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Prose, #punchline

Repost 0
Commenter cet article