Trois fois rien

Publié le 4 Décembre 2016

Ile trop longtemps

Là où les minuscules glissaient

Il y a longtemps oui

Que je n’ai pas essayé d’étaler ici l’aube de quelques mots

La misère de ma vie

L’inculture de celle-ci

Et surtout le risque de faire son commercial

Trop de bonimenteurs

De camelots aux grandes bouches

Je n’ai pas encore eu le courage de me vendre

Juste assez de rage pour écrire

Et le reste de timidité pour détourner les doigts

Comme le mâle dans la culotte de ta sœur

Ou de la sienne

Je m’en fouts, je préfère siroter des cocktails

Puis roter des odeurs de vodka et relents de citron vert

Je trinque à la dégénérescence des uns

Et que crèvent les autres

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Prose, #poésie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article