Deux traits

Publié le 16 Décembre 2016

Un trop peu passage sous le tropique des enfers. Il traîne sa peau trouée dans l’air épais environnant. Sa surface épidermique sue, les trous de ses pores suintent l’eau et le sébum. Son t-shirt est un suaire souillé, maculé des fluides qui s’écoulent hors de lui. La jungle seule comme témoin. Il n’en a que foutre des tumulus qui contiennent les termitières. Il n’est pas là pour s’attarder et installer ses guêtres dans la boue et l’humus. Il trace, dessin tumultueux qui traduit le dessein atopique qu’un jour une pythie atypique lui a annoncé.

-              Tu iras trier ta couenne de la tourbe équatoriale où tu mourras écrasé par la lune.

Lucas y croyait gras, il avait toujours su voir dans le ciel l’œil aveugle et grand lui intimer d’en finir. Il avait toujours su cela, l’oracle et l’arène ne savaient lui mentir. Lucas écumait, il rêvait des seins des singes qui ne sont pas savantes et il s’aventure un peu plus loin dans l’odeur capiteuse de la nature aux bras ouverts qui saignent des ruisseaux d’or et des torrents de boues noires. Le devant et le derrière, le ciel et la terre, enfer et sa part de paradis, il ne savait plus où donner de la tête.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article