Trop de boue

Publié le 12 Novembre 2016

De la boue, dans la boue, bain de boue, terre bouillante, terre mouillée, humide, collante, poisseuse, visqueuse, viscosité de la terre qui colle à la peau et macule, salie, souille, c’est ça, de la terre à la terre, de la peau à la peau et tous les follicules qui tombent, en pellicule et en peaux mortes, c’est dans un charnier à même ma peau que dorment les virus, les bactéries et la cohortes des démons invisibles et coriaces, l’armée putride des sans noms qui entrent par les pores dilatés et la bouche ouvertes et la narines reniflantes et toutes les osmoses qui transpirent le laisser aller et la transgression de frontière, c’est l’armée qui entre et qui se comporte comme des porcs, des truies, c’est la gabegie dans ton cortex, une vraie boucherie, un bain saignant, sanguinolente, une saignée pas vraiment soyeuses dans les tripes et la chaire et le chemin charnel qui charrie le monde de ta bouche à ton anus par toutes les circonvolutions idiotes et folles d’un corps qui se traverse de haut en bas comme un labyrinthe orphelin minotaure. Je me cache quelque part par là dans la glaise rouge et les glaires bien crachés, je suis le loin dans mon prochain

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Commenter cet article