La Nina 2

Publié le 21 Novembre 2016

Une Nina deux, dame des égouts, perdue pour la vie des sociétés ? Pas tout à fait, elle est le paradigme merveilleux du parasite qui n’est qu’un danger pour les autres. Et c’est bien connu les autres ce n’est jamais soi. Élémentaire monsieur, élémentaire madame, comme le feu, comme le vent, comme la terre, sûrement comme l’eau aussi, vous le sauriez si vous ne balanciez pas toutes votre eau dans les égouts. La dame y a construit un moulin, une grande roue qui tourne par vous, mécanique bien rôdée qui ronronne dans les profondeurs de la ville. Non, dans les profondeurs sous la ville, comme des borborygmes dans votre abdomen madame. Mais si madame, demoiselle vous aussi, vos ventres si blanc sont des usines à gaz et vos robes outrées sont des quartiers bourgeois qui se partagent la surface de la ville. Mais ne vous y trompez pas mesdames, si la métaphore court sur vos tissus précieux alors c’est que dans vos jupons il y a aussi la plèbe qui loge, les égouts, les eaux usées et le ronronnement du dedans qui gronde comme un tonnerre que vous laissez sortir toujours, j’en ai la certitude. Alors ne vous moquez pas mesdames, la Nina deux n’a rien fait d’autre que d’habiter dans le revers de vos villes de coton et de soie.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #ébauche

Repost 0
Commenter cet article