Je suis la fumée qui reste quand il n’y a plus rien de fertile à brûler

Publié le 17 Novembre 2016

La première fois depuis quelques jours

J’ai le hasard de tomber sur cette femme en train de faire pipi

J’aime ses baskets dans cette ruelle

L’expression interloquée affiche un regard porté dans le hors champs

Personne ne doit remarquer la scène, la bouche entrouverte dans le silence de la surprise

Urgence, de l’impudeur et inquiétude troublée

Qui soulève la robe rouge ?

Parfois les images parlent plus moi

Ici ce qu’il y a d’excitant, voir ce qui plait

Les paroles qui sont repartagées, aimées, notifiées, propagées

Un nouvel élan, plus fort, plus fou, plus réel

Ce n’est rien et c’est tout, le plaisir des solitaires

Aspect d’échange, de partage, une communion anonyme

Communion du christ, comme la communion des stades, comme la communion des concerts, communion de la pornographie, des fantasmes et des tabous qui tombent

Frères et sœurs de fantasmes

Unisson d’un frisson qui cristallise sur la même photo le cul d’une femme photographié à New York

Cet homme qui éjacule son foutre anonyme sur l’expression complice

Mille, vices & fantasmes et autant qui communient

Qu’importe le média qui transporte, il y a toujours une personne pour la même fréquence que soi

La pornographie se disperse comme la fumée de ma cigarette

Une fumée qui s’arrache violente ou douce du feu qui couve

Juste la fumée, et moi je suis le brasier et je suis les cendres et je suis le charbon qui reste quand il n’y a plus rien de fertile à brûler

Je suis la fumée qui reste quand il n’y a plus rien de fertile à brûler

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0
Commenter cet article