De la terre vers le ciel boueux

Publié le 13 Novembre 2016

Le gang de guerre lasse à laissé s’échapper le feu en sanglant l’agneau saignant sur le saint autel des dieux impies. Des dieux qui tournent en ronds comme la cendre sur le visage des chamans et des maîtres animaux qui font danser les astres velus des corps croqués, cadavres ambulants déambulant depuis les limbes jusqu’aux cerveaux ; ils avancent les funambules sur les neurones dénoués d’un système limbique ivre d’émotions émaillées comme les scènes bibliques dans le ciel des cathédrales. Rocket à pleine puissance dans le ciel des églises, tremblements aériens dans la mémoire éponge des foules récurrentes qui arpentent les rues, ruelles, boulevards et avenues des citées de cristal qui sonnent sous la ligne du feu de la faux du squelettes cadavériques qui porte la soutane, nue dessous, les vers dessus et le tissu macabre qui dessine défunte tapisserie sur le tapis rouge sang sur son passage à pieds. Nous sommes à cinquante pas de la terre et la terre est creusée sur cinquante pieds de profondeurs pour que tombe cinquante étoiles dans la fosse en terre, dans la boue, dans la culture des légumes qui viennent de la racine et qui s’arrache du sale sol où vivent et meurent les trémolos et les ritournelles.  

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article