Cette nuit j'ai rêve d'attaque nucléaire.

Publié le 23 Novembre 2016

Une guerre nucléaire, ou une attaque nucléaire d’ailleurs je ne sais pas trop quelle est la différence entre les deux termes, qu’importe puisque je vais vous parler d’un rêve, d’un rêve que j’ai fais cette nuit et que les rêves offrent toujours une part de flou. C’est plutôt rare que je parle de moi aussi directement ici, mais ce rêve, ces rêves, m’ont beaucoup marqués et j’avais envie d’en garder une trace, autant le faire ici.

Tout commence dans ma voiture, je roule pour rentrer chez moi dans un paysage familier. Je sais qu’il y a eu une attaque nucléaire, je ne sais pas comment je le sais, mais je le sais. Je ne sais pas quand elle a eu lieu, mais c’est assez proche du moment dans lequel je me trouve, quelques heures sûrement. L’atmosphère physiquement est saturée de lumières diffuses blanches, jaunes et vertes. Pour des raisons oniriques qui échappent à mon souvenir je fini le trajet à pied, je réalise en écrivant cela que cette scène je la rêve souvent, celle où je parcours le dernier kilomètre pour rentrer chez moi à pied. Bref, dans l’atmosphère il y a comme des cendres noires qui tombent, plus que de la cendre c’est comme du papier brûlé dont les morceaux tombent doucement. J’ai bien conscience qu’à être là, dehors, respirer et marcher dans cette atmosphère post nucléaire est mauvais pour moi, mais dans mon rêve j’ai l’impression de savoir que je refoule cette conscience, c’est un sentiment étrange. Mon obsession c’est de rentrer chez moi, plus j’approche de la maison et plus l’air semble épais et dense, ralentissant ma progression, toujours dans ces lumières jaunes, blanches et vertes. La maison est en vu, je me retourne pour voir si le chien me suit, l’air est encore plus dense, je suis obligé de faire des mouvements de natation avec les bras pour avancer. Je rejoins la porte, je sais que je fais en sorte d’ignorer que je suis irradié, je vois que quelqu’un de bien intentionné à posé le paillasson à la vertical contre la porte d’entrée, j’en déduis que c’est pour éviter que les radiations entrent. J’entre enfin. Je bouge plus librement et j’hésite sur ce que je dois faire, me laver et boire abondamment pour évacuer les radiations ou fermer les volets. J’opte pour les volets, je ferme ceux du bureau, de la chambre, puis j’ai une hésitation pour la porte du jardin, je dois ouvrir la porte pour fermer les volets et ça risquera de faire entrer des radiations. Pourtant je le fais, et lorsque je referme la porte, je perçois une nouvelle explosion atomique, une intense lumière blanche se propage, puis un crépitement, je plonge derrière le canapé (enfin devant en fait) et j’attends. Lorsque je me relève, je téléphone à ma mère et je commence à paniquer parce que je réalise que j’ai été irradié. Et c’est là que je me réveille.

Ce rêve m’a laissé une sensation très réaliste et une sale impression, alors je me lève, je vais boire un verre d’eau, je regarde le ciel noir enfin dégagé par le vent et je retourne me coucher. Et curieusement j’ai fait un second rêve dans la thématique du premier.

Cette fois je suis en Inde (allez savoir pourquoi l’Inde) dans une ville en bord de mer, je m’y trouve avec d’autres occidentaux que je ne connais pas et nous savons qu’il y a un danger d’attaque nucléaire, ce n’est même pas un risque, c’est une certitude, la seule inconnue c’est de savoir quand, même nous savons tous que c’est une question de minutes. Le groupe ne semble pas décidé à faire quelque chose pour sa sauvegarde, nous sommes dans la rue, d’un côté la mer, de l’autre des bâtiments à deux étages en bois blanc et usé. Même si ça semble dérisoire comme abris je pense que nous devrions rentrer dans un bâtiment, je m’approche d’une des portes, je tourne la poignée et je me trouve devant un couloir qui dessert des portes à droite et à gauche. Je me souviens que je tourne une poignée en pensant qu’elle va être fermée et je m’apprête à négocier ma panique avec des gens qui ne parlent pas ma langue. Mais la porte s’ouvre, un appartement semble vide. J’appelle les autres personnes et nous entrons. Personne ne semble satisfait de ce lieu, mais tout le monde est entré. Une conversation vive monte au sujet de l’attaque nucléaire et du choix judicieux ou non d’être là. J’essaie pendant ce temps de calfeutrer portes et fenêtres avec des tapis, cette fois dans ce rêve je suis convaincu du bien fondé de ma démarche et du fait qu’elle nous aidera à s’en sortir. Mais personne ne réagit et ne m’aide, les gens continuent de débattre. Je décide alors de quitter l’appartement, je pense que tout le bâtiment est vide que je pourrais me protéger dans un autre appartement. Je tourne une nouvelle poignée, dans ce rêve à chaque fois que j’ai ouverts une porte il me semble qu’il y a eu un gros plan sur la poignée qui tourne, et je m’apprête à entrer mais une indienne en sari rose fluo se tient là dans l’encadrement. Je préfère reculer et revenir en arrière et je vais alors me réfugier dans la salle de bain parce que je pense que c’est là le lieu le plus sûr. Il y a une explosion nucléaire mais je n’en ai pas de perception visuelle cette fois, c’est juste une certitude solennelle que je ressens à cet instant du rêve. Et puis j’ai une vision de la plage de l’autre côté de la rue où je suis réfugié et cette vision ondule et c’est là que le souvenir de ce rêve s’arrête.

Je rêve rarement deux fois de la même thématique généralement et c’est la première fois que je rêve d’attaque nucléaire, je me demande si ça a un sens précis ou si c’est juste mon inconscient qui divague.

Cette nuit j'ai rêve d'attaque nucléaire.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Je est un Blog, #Rêve, #Onirique, #Nucléaire

Repost 0
Commenter cet article