Pisser sous les étoiles

Publié le 29 Octobre 2016

Je ne suis pas riche, financièrement. Et à quoi bon l’être, l’argent me brûle les doigts et je conchie la perspective de la société de consommation. Non, je ne suis pas riche. Mais tant que je peux rentrer chez moi au milieu de la nuit, lever le nez dans ce ciel d’hiver et ressentir la caresse dentelée du froid. Tant que je pourrais pisser là, dehors, dans l’herbe, sous le regard des milliers d’étoiles et sur le sol de ma parcelle de Terre alors je serai riche de l’exaltation que je ressens.

Ni posture ni prosélytisme. Seulement la vérité éphémère d’une sensation.

Une vérité pareille à l’orgasme, intense, complexe, firmament de l’intériorité à la frontière de la communicabilité. Qu’importe comme et pourquoi tu jouis lorsque cela arrive tu sais que c’est en train de se produire. Cette vérité est identique.

J’ai la richesse de pisser dehors au milieu de la nuit ; ringard. J’ai la richesse d’éprouver l’expression de ma liberté lorsque je peux vivre cet instant, ma véritable richesse. Et si je pouvais le faire je voudrais bien vous la foutre dans la gueule en pissant sur vos chaussures.

Je ne suis pas dupe, la sensation aura disparue bien avant l’aube. Mais comme le soleil, je peux compter sur elle pour revenir encore assez longtemps pour que je meurs avant elle.

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #retard, #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article