Ostracisme des nuits des froides

Publié le 12 Octobre 2016

Mon corps ce véhicule, dans ma voiture ce soir, véhicule dans véhicule ; un attelage dans la nuit qui sonne comme l’hiver. Et rien ne se compare aux nuits de l’hiver ; le froid pourrait y être cristallin mais ce n’est pas cela. Le froid y est dissuasif et de la nuit d’un hiver est toujours une conquête en solitaire ; les nuits de froid sont des privilèges de solitude et moi le chauffeur d’un véhicule seul, roulant seul vers chez lui. C’est un prix comme d’autres se gagnent à la loterie ; retrouver le contraste tiède et chaud comme un havre lorsque l’on ouvre la porte. Le froid, la nuit et puis chez soi ; d’une conquête à l’autre avec de la pensée hébétée comme une relique magique pour ceux qui n’ont pas ce toit et puis ces murs pour les couper de la nuit. L’été habiter un lieu, abriter son corps sous le toit d’un endroit dont on ouvre aux quatre vents les murs par les fenêtres ça nous permet d’échapper à l’œil lubrique de dieu et aux regards exogènes d’entités extraterrestres mais l’hiver ce même toit et ces murs fermés nous ramènent à soi, à nous, on n’échappe plus à rien, on court après soi même et le prestige d’un privilège glacé comme le cône léché sous les volutes de juillet. Je pourrais tomber amoureux des nuits d’hiver si les nuits d’hiver étaient des femmes, glaciale et cristalline, inaccessibles comme le privilège d’un seul homme et de milles fantasmes.  

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Divagations diverses, #Je est un Blog, #Natalie Portman

Repost 0
Commenter cet article