Chiner sa bibliothèque #38 : Poésie deux fois et une fois celle des images

Publié le 26 Octobre 2016

Je connais pour la première fois le crépuscule automnal des vide-greniers. Je me suis lancé dans le projet de chiner ma bibliothèque au printemps, les vide-greniers pullulaient et je courrais partout couvrir les potentiels du hasard et des rencontres. Et puis il y a eu l’été, c’était comme routine délicate et délicieuse qui ronronnait dans la chaleur oisive des mois vacanciers. Et voilà qu’il y a eu septembre et puis octobre, les matins nuits et la fraîcheur qui m’arrache des sourires d’être levé si tôt, les vide-greniers humides de rosée quand ils ne sont pas pluvieux. Et pourtant, heureusement, j’irai même à dire naturellement, je continu de chiner des livres.

Ce week-end j’ai pu rentrer avec deux livres de poésie. D’accord deux livres que je possède déjà mais que je ne me lasse pas de rapporter chez moi. Le premier ouvrage c’est celui pour lequel j’ai accepté l’idée d’une collection. Il s’agit d’une édition des Fleurs Du Mal de Baudelaire. C’est ma petite amie qui a repérer le livre, merci à elle, merci à toi. C’est une édition de chez Flammarion sortie en 2008, une édition que j’aime à classer parmi les livres d’écoles, avec une présentation d’une trentaine de page, une chronologie du poète, l’œuvre complète et un dossier pour parfaire l’approche de l’œuvre. C’est le sixième exemplaire des Fleurs du Mal que je chine, et la cinquième édition différente.

Autre poète à faire son retour dans la bibliothèque chinée c’est Aragon avec son œuvre Les yeux d’Elsa. Encore un livre que j’ai déjà chiné avant. Plus précisément je l’ai chiné lors du premier vide-grenier que j’ai fais après avoir formalisé ce projet de chiner sa bibliothèque. Aragon peut revenir avec Les yeux d’Elsa tant qu’il veut, tant qu’il peut, il n’est pas prêt de me lasser. Et même si cette édition de 1964 n’est pas très glamour la poésie est intacte. Un jour je trouverai une idée pour offrir à ceux et celles qui le désirent les ouvrages que j’ai en plusieurs exemplaires et je n’ai aucun doute quand au fait que Les yeux d’Elsa trouveront des yeux de lecteurs pour les emporter.  

Je me souviens qu’à une époque Enki Bilal tenait le haut de la hype, il fallait avoir vu, lu et aimé les bandes dessinées et les dessins de cet auteur qui me semblait énigmatique et mystérieux parce que je devais associer ses thèmes et ses personnages à sa personne. Pourtant je n’ai jamais lu Enki Bilal même si j’ai feuilleté quelques-unes de ses bandes dessinées j’ai des amis, des connaissances. Ma première réelle rencontre avec une de ses œuvres c’est avec son film Immortel, ad vitam qui me laissa un goût de génie inachevé. Ce dimanche en voyant parmi les livres de poches une couverture avec Enki Bilal je m’y suis tout de suite intéressé. C’est l’édition de 1983 chez Pocket BD de Partie de Chasse. Je ne suis pas un habitué des bandes dessinées, encore moins des bandes dessinées format poche mais pour découvrir l’œuvre de cet artiste de renom je ne vois pas où le problème. Surtout que l’ouvrage est en train bon état.

Voilà les trois nouveaux ouvrages qui entrent dans le projet de chiner sa bibliothèque. Et pour ces trois livres je n’ai dépensé que 2 euros. Si les vide-greniers se font plus rares je vais pouvoir certainement me mettre à jour de tous les retours que j’ai en retard et même reprendre un peu de sommeil perdu. Mais si ces idées là me sont plutôt agréables je ne souhaite pas pour autant la fin de la saison des vide-greniers, d’une part parce que je n’ai pas fini mes cadeaux de noël mais surtout parce que j’aime ça et que ça risque de vite me manquer.

Avec ces trois nouveaux livres la somme totale dépensée s'élève à 84 euros. Ne croyez pas que je donne le prix pour paraître, c'est seulement pour moi m'en rappeler et jauger de la dépense et du coût du projet. En supplément vous pouvez voir un casse-noix crocodile en cuivre chiné lui aussi ce week-end
Avec ces trois nouveaux livres la somme totale dépensée s'élève à 84 euros. Ne croyez pas que je donne le prix pour paraître, c'est seulement pour moi m'en rappeler et jauger de la dépense et du coût du projet. En supplément vous pouvez voir un casse-noix crocodile en cuivre chiné lui aussi ce week-end

Avec ces trois nouveaux livres la somme totale dépensée s'élève à 84 euros. Ne croyez pas que je donne le prix pour paraître, c'est seulement pour moi m'en rappeler et jauger de la dépense et du coût du projet. En supplément vous pouvez voir un casse-noix crocodile en cuivre chiné lui aussi ce week-end

Repost 0
Commenter cet article