Chiner sa bibliothèque #19

Publié le 27 Juillet 2016

Dimanche matin le 26 juillet à Alès, il est environ dix heures lorsque l’on arrive sur ce vide-grenier. Nous sommes là pour le plaisir, la chine, le soleil et se promener en quête d’un hasard, un hasard dont j’espère qu’il puisse écrire un nouveau chapitre de mon projet chiner sa bibliothèque. Avec quoi ? Des livres évidemment ! Quels livres ? Ceux que je croise et qui me parlent, me plaisent, me séduisent, ou autre. Je ne force rien, je n’attends rien, j’ouvre les yeux et j’observe. Soudain impossible de ne pas voir la couverture de ce livre de poche. Impossible de la décrire, je la laisse donc se présenter en image.

Recto et verso Gargantua donne dans la démesure visuelle
Recto et verso Gargantua donne dans la démesure visuelle

Recto et verso Gargantua donne dans la démesure visuelle

En esquissant un mauvais jeu de mot j’ai eu envie de dire : géant ! Généreux ! Génial ! Avec ses couleurs vives, presque crues, ses personnages grotesques et naïfs et cette manière d’inscrire le titre Gargantua, et l’auteur, Rabelais dans des bulles comme si la page était extraite d’une bande dessinée cette couverture concentre et exprime déjà tout Gargantua ; un coup de foudre immédiat. Au fil des  vide-greniers je commence à prendre quelques réflexes, le plus naturel est de se dire que si un bel objet se trouve sur un stand, peut-être que d’autres le suivent au même endroit. Alors je chine un peu plus sur ce stand et de façon plutôt logique je trouve Pantagruel. Bim ! Encore une couverture intéressante et très explicite de l’univers du géant fils de son père Gargantua. Le père et le fils, les deux premières œuvres de François Rabelais. La couverture de Pantagruel me semblant un peu moins exubérante que celle de Gargantua sur le moment je me suis imaginé que les deux éditions ne devaient pas dater de la même période. Après observation, à priori 1972 pour l'une et 1983 pour l'autre.

Petit plaisir supplémentaire, une pure surprise de vide-grenier, à l’intérieur de Gargantua, sur la page de garde on peut observer une petite biographie de François Rabelais écrite assez maladroitement au stylo bic. J’imagine que ce sont là de petites anti-sèches pour l’élève qui pouvait porter son livre pour son épreuve de dissertation ; c’est cela ou autre chose, je ne sais pas bien, mais ça donne à ce livre une touche un peu plus personnelle encore, presque intime. Peut-être que je pense cela parce que les seuls souvenir de Rabelais et de Gargantua que j’ai me vienne d’un lointain cours de français …

Il ne me restait plus qu’à demander le prix, le vendeur me répond 1 euro, j’ai essayé et espérer payer 1 euro pour les deux, mais avec le sourire, un sourire qu’il a voulu me vendre, et en me faisant remarquer que les livres étaient beaux, il a insisté pour 1 euro pièce. Et me voilà avec ces deux ouvrages.

Chiner sa bibliothèque #19
Chiner sa bibliothèque #19
et avec ce livre à la tranche bleue la somme totale de la bibliothèque chinée montre à 33,6 euros

et avec ce livre à la tranche bleue la somme totale de la bibliothèque chinée montre à 33,6 euros

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #videgrenier, #vide grenier, #brocante

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article