Grogne sociale

Publié le 3 Juin 2016

Je pense qu’il est temps d’en finir avec la grogne sociale. Je ne parle pas des mouvements sociaux ni de la politique qui les récupère ou les provoque, je veux dire qu’il faut en finir avec le vocabulaire qui réduit les mouvements contestataires et la révolte populaire en une simple grogne.

Je ne juge ni ne jauge de la pertinence des revendications qu’expriment les acteurs sociaux ; elles sont diverses et variées, mais je m’insurge devant le mépris langagier qui balaye d’un revers de vocabulaire la légitimité de ces expressions populaire en les réduisant à une grogne. La réaction sociale d’un peuple fasse à son gouvernement n’est pas un cri de cochon, ni un murmure sourd qui s’échapperait entre les dents serrées d’une population n’osant pas s’exprimer.

Dieu sait pourtant que je conchie la doxa et ses mouvements de masse, pourtant je m’insurge pour elle qu’elle laisse les médias et les politiques réduire sa parole à un grognement. Si l’on ne parvient pas à en finir avec l’expression de « grogne sociale » alors il me semble que nous ne pourrons jamais envisager un peuple qui communique avec ses élites, ceux censés le représenter et administrer le pays. Ceux du haut parlent régulièrement de renouer un dialogue social et mais réduisent l’expression du peuple à un grognement ; fichtre de cochon en tir bouchon !

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Réflexion, #recyclage

Repost 0
Commenter cet article