Vent je le dis aussi

Publié le 26 Mai 2016

C’est tous les jours la même chose, même quand je ne suis pas là, même quand je ne suis pas sûr de pouvoir être là sur mon blog numérique. C’est celle d’une autre personne, un pseudo ou un masque dont la définition serait toujours en mouvement. Ce qui vibre en moi c’est une corde, ma pompe organe n’est qu’une pompe à sang mais à aucun moment mon amour propre ou impur ne s’y loge. Mais d’ici là je continu jusqu’au jour de mes sept ans ; sept années et une seule fidélité. Je ne suis donc pas soumis aux effets littéraires ce qui est un comble pour un mâle assez con pour se prétendre écrivain. Et parfois celui du ruisseau d’été, ou le fleuve boueux des grands continents. Et si le train me laisse perdre mon temps en grève je prendrais de l’avance dans mon avance ; ou j’en profiterai pour dormir.

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Commenter cet article