Prose

Publié le 17 Avril 2016

Les sources du silence descendent de la rivière tumultueuse. Et après le sommeil. Et avant la fuite. Et au milieu coule une rivière. Sous l’eau la science. Sous la surface le silence. Le monde est science, science et séduction. Je ne suis pas le monde, je suis l’homme d’une déduction. Et je ne passerai pas la nuit debout. Je ne reste debout que pour uriner debout. Tenue correcte rédigée. Ligne de flottaison dessinée. Si tu entends ma voix c’est que je ne cri plus. Nombre du cercle qui se termine en fade. Et le destin qui se travesti. Ta destinée en jupe, en robe ou en talons haut. Et mes pieds sur terre.

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Prose

Repost 0
Commenter cet article