Mon âme côté jardin

Publié le 3 Mars 2016

Bien sur il y a l’art, la création, le faire et la bonne façon, il y a la reconnaissance de ses paires, la sueur et le travail bien fait ; il y a toutes ces petites litanies que l’on s’impose ou que l’on subit pour se convaincre d’éprouver le bon sentiment d’épanouissement, celui qui est lu et approuvé, je soussigné être en bon et due forme . Et puis il y a soi, au fond de soi, bien au fond derrière la prose, les postures et les faciès maquillés que l’on arbore pour dissimuler nos cordes sensibles, là encore derrière les tripes, la merde et le foutre que l’on garde au chaud il y a nos vérités simples ; petites évidences simples et fractionnées qui façon le cœur de nos impressions de vivre.

Pour moi c’est de jardiner. Rien de précis, rien de précieux, simplement se battre avec la nature pour lui reprendre le dessus et créer mes toutes petites zones de civilisation, sous les arbres taillés, sous les feuilles tombées. C’est si rien que ça en est presque ridicule et pourtant j’en ai besoin. Dehors, tailler, couper, et porter un regard un peu plus grand là où je viens de formater ma petite parcelle de sol. Vous avez le talent, l’écriture, la création, vous avez tout le reste et moi j’ai ce petit lopin de terre où je peux m’allonger et alimenter mes pensées qui s’allongent.

Mon âme côté jardin

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

J'aipeutêtreinventéunnouveauverbedu1ergroupe 04/03/2016 22:55

L'air de rien, l'art de la fausse modestie, le coté rural, proche des gens simples "mes toutes petites zones de civilisation". Même plus assez fin pour être drôle. Te voilà donc réduit à cela. Cela. Et les fautes d'orthographes élémentaires, feintes ? mais grossières ou non calculées et donc au dessous de tout. Je t'ai déjà dit, je fais comme je veux, je viens si je veux, tu t'exposes. Moi, je suis moi et tous peuvent languedeputer, cela ne me gêne pas.