Je suis un futur bonimenteur

Publié le 19 Février 2016

Est-ce que je suis dans la phase où je fais émerger de ce blog une chose qui pourrait être une ligne éditoriale ? Peut-être bien oui, même si ligne éditoriale est bien trop rigoriste et surtout bien trop noblement porté par une idée du journalisme pour être le terme qui convient à l’appendice de mots, excroissance de ma pensée qui me tient lieu de blog. Disons qu’il y a peut-être un axe, une direction, un semblant de cap qui émerge de la mer furibarde de mon indécision.

Ici le je, l’ego, le sujet qui parle de lui, de moi, de soi et de cette idiotie à laquelle je m’attache qu’est l’acte de création. Je ne détiens aucune vérité, aucun savoir, aucune méthode sur le comment d’un tel acte. Ma création est empirique ; c’est ce qui me permet d’en parler, car à chaque étape que je franchi j’ai l’impression de redécouvrir la roue et cela donne un élan à mes pensées. Ici donc non pas de l’introspection mais un regard dans le rétroviseur, dans le moteur, dans ma mécanique ; petite gesticulade maladroite pareille à ses ratures qui jonchent volontiers les lignes manuscrites. Et ailleurs, la créativité ; pourrait être ainsi, mais je ne suis pas assez étanche pour me tenir à une telle dichotomie. Pourtant dans l’idée il à de cela.

Ici la cuisine

Et ailleurs la salle.

C’est peut-être le prémisse de ce qu’il adviendra de moi lorsque j’aurai la sensation d’avoir fini mes écritures je quitterai la peau de l’auteur pour entrer dans celle du bonimenteur. Ce regard sur mes neurones qui écrivent c’est peut-être la prise de distance nécessaire pour qu’advienne ce changement.

Et en plus on s’en fout. L’avenir se chargera bien assez vite de me le dire.

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #écrire, #ébauche, #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article