Est-ce qu'écrire la sexualité d'une personne célèbre me rendra célèbre ?

Publié le 1 Février 2016

Je viens d’entendre et de voir qu’une nouvelle érotique, parodique et pornographie fait son petit temps de buzz sur les internets en mettant en scène Donald Trump dans une aventure homosexuelle. Et encore une fois, et comme souvent dans les mains et le regard d’un procrastinateur qui pense plus qu’il n’agit, je me suis surpris à me dire « tiens j’avais eu déjà cette idée là ».

Enfin non, bien sûr que je n’ai jamais eu cette idée précise car je n’ai pas l’imaginaire républicain et encore moins l’imaginaire érotique porté sur la perruque. Pourtant depuis assez longtemps, exactement depuis que j’ai compris que l’écriture peut elle aussi être pornographique, je me questionne autour de la place des personnages publiques et des icônes dans nos imaginaires érotiques. Pourquoi autant d’émois, d’envies, de pulsions à l’idée de voir le sexe d’une personne connue ? Pourquoi la sexualité des célèbres est une telle source de fantasmes ?

C’est vrai que nous vivons l’ère de la sextape, elle est entrée dans nos vies avec nos smartphone, elle est parfois un outil pour travailler sa célébrité et la fameuse sextape d’un footballeur a réussi à se hisser à la une de nos informations. Quand une starlette voit ses photos intimes volées et diffusées sur internet encore une fois le monde entier semble bruisser de plaisir et d’excitation alors que bien souvent ces photos sont de piètre qualités, et la jeune femme a déjà posée dans des attitudes plus suggestives pour de grands photographes mais rien n’y fait, l’intimité d’une personne connue constitue un imaginaire érotique commun à beaucoup de gens semble t-il.

Donc, depuis que j’ai compris que le sexe des stars était une source d’intérêt je me demande pourquoi personne ne se l’approprie dans la littérature érotique. Je me suis quelque fois imaginé le faire, j’ai quelque fois ébauché des textes, quelques fois débauché des starlettes, mais je n’ai jamais poursuivi pensant que cet exercice de style de détournement parodique et pornographie ne dépassait pas le jeu de la masturbation. Mais si je m’étais trompé ? Si tremper sa plume dans le stupre et la cyprine était la meilleure façon de rédiger un pamphlet et de s’attirer l’attention du public ?

Faudrait-il alors que je développe moi aussi une nouvelle sur cette trame imaginée tout à l’heure en buvant mon café ? J’ai imaginé écrire une nouvelle courte, trash et pornographique dans laquelle un homme politique important (j’ai éliminé François Hollande parce que ses frasques avec une actrice sont déjà romanesque, ensuite j’hésite en Manuel Valls parce qu’il tient le haut de l’affiche et Nicolas Sarkozy parce que j’aime son pseudonyme Paul Bismuth et accessoirement parce qu’il devrait venir occuper le scène médiatique rapidement) se rend clandestinement dans un camp de migrants réfugiés pour échanger des prestations sexuelles borderline contre des papiers. L’histoire se passerai sur une seule nuit, l’homme politique incognito serait en totale immersion, très vite le sens érotico-pornographique s’afficherai, il proposerait à une femme d’être son objet sexuel pour la nuit en échange de quoi il régulariserait toute sa famille ; dès lors, dans l’insalubrité du quand et dans la promiscuité il se livrerait à des ébats pervers, débridés et organiques. J’irai peut-être jusqu’à inséminer une once de fantastique afin de souligner le grotesque et la distance parodique, du genre le politicien en question après avoir assouvi toutes ses pulsions terriennes dévoilent des tentacules et on réalise que ce personnage est un extraterrestre déguisé en humain. Cela devrait être déviant, trash, sexuel et bien écrit, et qui sait, cela pourrait faire ma notoriété … ou plus simplement sera pourrait être lu.

Faudrait-il que quelqu’un me vole cette idée et l’écrive pour qu’elle se réalise ?

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Sexualité, #érotisme, #écrire

Repost 0
Commenter cet article