21 embryons à accoucher

Publié le 17 Février 2016

Comme je me l’étais imposé hier je viens d’établir ma première colonne ; celle qui liste et accueille tous mes projets créatifs, enfin pour le moment elle se limite à la création écrite parce que je n’ai pas le temps de formaliser des projets qui ne soient pas constitués de mots. Et après un premier jet, et le terme de jet est bien adapté, j’en suis à 19 entrées. Donc  19 projets auxquels je me dois de consacrer du temps dans les temps à venir pour espérer mener à bien plusieurs d’entre eux. A terme tous mais la raison me conseil de viser de n’en réaliser que certains avant le printemps.

Je ne sais pas si c’est beaucoup ou si c’est peu 19 projets. Bien sûr certains sont succins, en apparence simples à réaliser, comme écrire un poème sur le thème de la jeune femme chiffonnée ou écrire une critique de jeu vidéo, d’autres sont plus dantesque à hauteur de procrastinateur comme mener à bout la relecture et la sélection de mes nouvelles pour en faire un recueil.

Dix-neuf projets, dix-neuf facettes de moi et encore ce n’est qu’un premier jet, je suis sûr que d’autres projets qui sommeillent en marge de ma conscience après l’avoir habités quelques temps viendrons grossir cette liste. Sans compter les nouveaux projets que je ne manquerai pas d’évoquer en moi ; d’ailleurs à l’instant je viens de passer à 20 projets. Et j’ai peur que si je n’arrête pas cet article bientôt j’en serai à plus encore.

Voilà, aujourd’hui comme un nouveau jour de naissance je sais que j’ai pas moins de 20 projets à faire accoucher de moi ; j’ai l’utérus dans le cerveau et le vagin au bout des doigts et j’ai envie de rajouter un 21ème projet qui serait d’écrire de la poésie à partir de cette phrase.

La seule indulgence que je me suis permis c’est de dater tous ces projets du 17 février même si certains sont en moi depuis des années, ça rend l’échec du passage à l’acte moins visuel même si je ne suis pas dupe de moi-même.

Voilà, aujourd’hui 21 projets sur le feu ; ne me reste plus qu’à les accoucher.

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #écrire, #créer, #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article

amanite 18/02/2016 23:46

21 projets un 17 février, bien sûr. Tout ça bardé de fausse modestie évidemment. Bravo Rémy. Comme tu écris admirablement bien, le (bon) ton juste, presque de bon goût mais tu n'as pas d'utérus ni de vagin, surtout en poésie, Rémy, sinon on t'aurait déjà entendu vagir, gémir, enfin hystériser sur ta petite personne comme tu penserais qu'il convient de le faire.Tu ne saurais être une femme.N'importe quelle femme ne peut que regarder de haut tes gesticulades ridicules. Rémy tu écris bêtises de Cambrai alors que je suis plutôt Jelly babies, pas grave en soi mais incompatibles.
Bonne continuation
Amanite vaginée mais aussi printanière et parfois phalloïde
au plaisir au coin d'un bois

Monsieur C 19/02/2016 00:31

Oh. C'est donc cela ? Pour sûr que cela m'avait manqué.
Un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout, un peu, beaucoup à la folie, pas du tout, un peu, beaucoup, etc.

Je n'ai ni vraie ni fausse modestie, je n'ai que des doutes et des certitudes.

Je me demande si une gesticulade peut-être autrement que ridicule. Quoi qu'il en soit je pensais être seul ici, et comme je le pense toujours je m'autorise de gesticuler encore, comme à la sortie de la douche devant le miroir ; oui ridicule ou pitoyable même si personnellement je préfère grotesque.

Je n'ai pas attendu le printemps pour te répondre, preuve que tout change