Une ville

Publié le 21 Janvier 2016

Une casse automobile, plus largement le cimetière mécanique des véhicules à énergies fossiles, pétrole, gaz, huile, alcool, diesel. Ici se meurent les véhicules qui autrefois roulaient entre les tours de verres. Parfois c'est un alignement méticuleux de carcasses rangées par type, genre, modèle, qui forment un labyrinthe de métal, de chrome et de rouille où les épaves attentes depuis longtemps d'être dépecées, broyées puis définitivement oubliées. Parfois la casse n’est qu'un chaos, une montagne instable prête à engloutir les prochaines épaves qui atterriront forcément ici. Quelque part entre les allées hypnotiques d’une casse agencées comme un vieux temple dédié à des divinités oubliée ou dans ce qui ressemble à une clairière préservée dans le fatras des tôles froissées on croise souvent des nostalgiques, des pauvres, des gangs et des esthètes amateurs des golems de la route qui viennent là pour bricoler des machines et faire naître dans les odeurs de soudures et les échardes de métaux des véhicules mutants, réveillés d'un lointain temps. Des hommes aidés parfois des unités robotiques basiques démontent puis détruisent les carcasses qui emportent avec elles souvenirs et preuves. Bientôt elles renaîtront en éléments de construction préformés et elles viendront s’agglomérer aux nouveaux murs de la ville et hanter les rues d’odeurs d’essences et de reflets de chromes fantomatiques.

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #ville, #ébauche

Repost 0
Commenter cet article