Créer

Publié le 20 Décembre 2015

création en place public, l'audace d'écrire de la merde, l'audace du médiocre, l'audience aussi ; créatif, créateur, cré-acteur et auteur à réaction sur moteur diesel, j'ai du gazole plein le cul, micros particules de la tête. Neurone en corde raide, la raison en berne, j'enfante des fantasmes mort-nés que je chéri chaque nuit en espérant qu'ils se lèvent et sortent par eux-même de mon esprit lent. Je tue mon temps à le perdre, autoproduction introductive de ma non production, le tourne à vide comme un derviche tourneur atonal de l'intérieur. Je cri en clavier cassé des glaviots du net, internet en gorges chaudes regorge de puits sans fond pour faire son temps et quand je ne creuse pas le trou où logé vos vides, je retrace un vieux sillon usé, usagé comme un chemin de trait, comme le cheval mais les quart fers en moins et les deux pieds en plus, en supplément, sans âme ni farine animal ; je glose, déploie mon gosier et j'espère deux fois cent dans le jour et toujours mieux demain, toujours demain, toujours y croire et la frustration s'accroît et ne pourra mourir que le jour où les mots en agrégats, en accrétion feront le big bang intime d'un mec sans intérêts.

Sans les vôtres, moi je m’évertue, ever-tue pour l’éternel Sisyphe de mes ambitions.

Aujourd’hui ici et demain dans un livre.

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #écrire, #créer

Repost 0
Commenter cet article